mercredi 21 décembre 2011

Qui est-ce? (2)

Je vous propose une petite partie.

Voici quelques détails d'un personnage, trouvez de qui il s'agit. La première personne qui donne la bonne réponse dans les commentaires gagne une impression haute définition.

 




























A vous de jouer!
 _________________________________________________________________________________

MAJ:

Bravo à Nico qui a été fulgurant, il s’agissait en effet d'Herman.



lundi 12 décembre 2011

Photographier les illustrations


Un article un peu technique aujourd'hui.
Ayant eu du mal à obtenir des belles photos de mes illustrations trop grandes ou sur des supports qui passent mal au scanner, j'ai envoyé un mail à James Gurney pour savoir quelle était sa technique. Il a gentiment répondu par ce post sur son blog.
Mais malheureusement je n'ai pas de jardin pour photographier en plein soleil (encore faudrait-il qu'il y ait du soleil...). J'ai donc dû improviser et réaliser plusieurs tests pour pouvoir faire ça en intérieur sans matériel particulier autre qu'un appareil photo numérique, une cible gris neutre,  un trépied et la lumière que l'on trouve dans un appartement.

Les principaux problèmes étant d'éviter les reflets du vernis ou de la peinture fraîche, et d'avoir un éclairage homogène sur toute la surface de l'illustration.

Premier test sur ma table à dessin avec ma lampe de bureau et la lumière naturelle de la fenêtre. Évidemment, la lumière de l'ampoule ayant une température basse (tirant vers le rouge) et celle de l’extérieur une température plus haute (tirant vers le bleu) mon illustration n'est pas éclairée de manière homogène. (Attention, la température de couleur n'a rien à voir avec les couleurs chaudes ou froides). Je me retrouve donc avec un coté bleu et l'autre plus jaune.


Si l'on utilise deux sources de lumière, il faut impérativement qu'elles soit identiques et de préférence installées symétriquement.


Si l'on veut faire ressortir la texture de la peinture on peut remplacer la deuxième source par un réflecteur.

J'ai donc opté pour une seule source lumineuse. De la lampe de bureau je suis passé à la lampe halogène de salon. J'ai été tenté dans un premier temps d'incliner le lampadaire directement sur l'illustration, ce qui m'a valu d'horribles reflets à certains endroits (suivant les propriétés des différentes peintures, ne l'ayant pas encore vernis).



La lumière est réfléchie avec le même angle que celui avec lequel elle arrive sur le sujet.
Comme mon appareil est en face de la peinture, il ne faut pas que la lumière arrive... d'en face, sinon elle va être reflété... en face (même angle), droit dans mon appareil.






Mais alors je me retrouve avec une luminosité très variable à la surface de l'illustration.



D'où la troisième solution: l'éclairage indirect.
Au lieu d'incliner l'halogène, je le laisse dirigé vers le plafond, toujours à puissance maxi. Tadaaaaa!



Bon, maintenant que j'ai un éclairage plus homogène et sans reflets, il faut régler l'appareil photo de manière à obtenir une image nette, bien exposée et avec de bonnes couleurs.

Le but va être d'avoir le moins de réglages à faire ensuite dans photoshop.

La balance des blancs. Elle va permettre de dire à l'appareil ce qui est censé être une couleur neutre sur la photo, même si l'éclairage est teinté.
Un réglage manuel de cette balance des blancs est donc fortement recommandé. J'utilise pour ça une cible Lastolite. Reportez-vous au manuel de votre appareil pour configurer votre balance des blancs.

L'ouverture. Dans son poste, James Gurney préconise une petite ouverture (entre f11 et f16) pour avoir une grande profondeur de champ (pour plus d'infos voir ici, paragraphe "Diaphragme, obturateur et profondeur de champ")
Oui pourquoi pas... Personnellement je ne pense pas que cela ait beaucoup d'importance, l'AutoFocus fait son travail.


Sensibilité ISO. La plus faible possible pour éviter le bruit. je suis réglé à 200 iso.


L'exposition. La très grande majorité des appareils photos "voit" une valeur moyenne, ni trop foncée, ni trop claire, à ce qui équivaut à un gris à 18% (18% de lumière renvoyée). Donc si on mesure l'exposition sur un point disons très foncé, il va automatiquement compenser en surexposant pour que ce point soit "moyennement" foncé/clair et inversement... Pour mesurer une exposition correcte sans que les éléments de l'image ne faussent cette mesure il faut montrer à l'appareil du gris neutre à 18% avec une charte ou une cible (dans mon cas c'est la même que pour la balance des blancs) prévue à cet effet, dans la mêmes conditions d'éclairage bien évidement, mémoriser la mesure et shooter le sujet. J'aime parfois rajouter un cran de temps d'exposition selon les cas.






Je conseil de prendre un petit bout de la cible en photo avec l'illustration, ce qui permettra d'affiner les réglages par la suite dans Photoshop ou CameraRaw si nécessaire.
(Attention, ne faites pas trop de réglages "à l'oeil" sur votre écran si vous n'êtes pas sûr de son calibrage.)

Ce qui nous donne un résultat assez satisfaisant.


Voila, ce n'est peut être pas absolument parfait mais pour les conditions je trouve qu'on s'en sort pas mal.



Aux origines de Dinotopia par James Gurney

 James Gurney, auteur et illustrateur de Dinotopia dont il fête le vingtième anniversaire de la parution, nous explique dans une série de 10 postes (3 à ce jour) les origines de ce best-seller.
Pour mémoire Dinotopia est un livre d'illustration pour enfant où humains et dinosaures cohabitent.

La première partie : Chilhood Dreams (les rêves d'enfance), décrit ses rêves d'aventures, de civilisations oubliées, alimentés par une étagère remplie de National Geographics.

La deuxième partie : College Obsessions parle donc de ses passions pour l'archéologie, la paléontologie et l’anthropologie pendant ses années de faculté, ses études d'art et son premier boulot auprès de Franck Frazetta... rien que ça!


La troisième partie : Lost Empires, comment ses voyages on fait germer l'idée de créer des mondes oubliés.

Pour ma part, je ne suis pas vraiment fan de dinosaures, mais je suis un lecteur assidu du blog de James Gurney. Une vrai mine d'or pour les illustrateurs, peintres et concepteurs d'images en général. C'est une énorme ressource technique, historique... toujours très bien illustrée. Il en a d'ailleurs sorti deux livres Imaginative Realism et Color And Light, l'un sur les méthodes pour se construire un monde imaginaire mais crédible et l'autre sur les techniques d'illustration, gestion de la couleur, de la lumière, etc.

Je recommande donc vivement la flânerie sur son blog.

Le site officiel de Dinotopia
Wikipedia Dinotopia
Le Blog de James Gurney "Gurney Journey"
Wikipedia James Gurney